Recherche de terrain de l’équipe Aquitaviae en 2023

En Saintonge : en compagnie de Jean-Louis Hillairet et Jean-louis Monget, membres de la SAHCM, l’équipe d’Aquitaviae a visité des sites où des traces de possibles voies antiques avaient été relevées sur les documents cartographiques et photographiques, en particulier par J.-L. Hillairet. Ce passage par le terrain était nécessaire pour valider les données exposées lors du colloque de Chancelade (10/ 2022) en vue de la publication. La première mission (27 et 28 avril) a permis de prendre connaissance des sites et de repérer ceux où l’utilisation du drone pouvait fournir des informations complémentaires. Le seconde (15 juin) a consisté en des survols sur les sites prévus, assurés par C. Coutelier. Dans de nombreux cas, les indices ont été confirmés, comme le passage de la voie Saintes-Angers à La Vergne (Taillebourg) de la voie Saintes-Royan aux Bodines (Le Chay), et pour les gués des Quatre Noyers et le la Vallée des Benets. Dans d’autres cas, les identifications n’ont pas pu être confirmées en l’absence de traces visibles (Le Chatelet) ou sont remises en question : voie vers Royan au Chay, pont du Razour (Trizay/Ste Radegonde/Champagne), édifices au nord de La Vergne).

Au passage nous avons vérifié l’existence au NE de Blaye d’un vestige de la voie antique de Blaye à Saintes.

La Vergne (Taillebourg)
Les Bodines (Le Chay)
Les Quatre Noyers (Nieul-le-Virouil)
L’équipe de travail

En Haute Lande : une mission a été organisée le 15 juillet 2023 pour contrôler au sol les indices relevés par F. Didierjean sur les photos verticales des années 1950 d’une voie fossile entre Allons (47) et Gabarret (40). Il pourrait s’agir de la voie antique décrite au IVe s. p.-C. dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, entre Bazas (Cossio) et Eauze (Elusa). Y ont participé C. Coutelier avec son drone, F. Didierjean et F. Tassaux. La voie a été recouverte récemment par des voies d’exploitation agricole et forestière qui ont repris son tracé. Cependant on a pu en localiser quelques vestiges, par exemple au Bourn de Termi (Losse/Lubbon) à La Plaine (Herré) ou près de Grand Lacave (Allons) : c’est un dôme étroit et bien marqué, encadré de fossés. L’enquête sur cet axe reste à poursuivre en divers points, comme Tour Neuve (recherche d’Oscineio), Loustalerie, Gabarret (= Scittio ?). 

La Plaine (Herré)
La Plaine (Herré)
Bourn de Termi (Losse/Lubbon)
Tour Neuve

En Lot-et-Garonne : la coopération avec l’Association des Archéologues du Lot-et-Garonne (Angela Murray, Françoise Paul et Jean-François Garnier) s’est poursuivie, concernant le tronçon de la voie antique appelée Peyrigne qui va de l’Excisum antique (Eysses, près de Villeneuve-sur-Lot) à la Dordogne.  En 2022, avait eu lieu une reconnaissance d’un tracé possible par les bastides de Monflanquin et Villeréal, repéré par A. Murray, et présenté à Chancelade, avec en particulier une chaussée bien conservée au sud de La Carrère (Monflanquin). Il fallait comme en Saintonge compléter et préciser l’information en vue de la publication. La mission des 7 et 8 novembre 2023 a en effet confirmé la possibilité d’une route antique passant à l’est du tracé par Issigeac habituellement reconnu. Des vestiges de voie ancienne ont été localisés à Colombié et à La Carrère (Monflanquin), La Borde Basse (Laussou), au sud et ou nord de Villeréal, avec un accès possible au gué de Pontours sur la Dordogne depuis Naussanes par une étroite voie pavée avec ornières descendant vers la Couze à hauteur de Bayac. Des sites antiques jalonnent ce tracé, on a pu en confirmer un au sud des Treils (St-Étienne-de-Villeréal).

La Carrère (Monflanquin)
L’équipe de travail à Pontours
Les Treils (St-Étienne-de-Villeréal)
Ornières (Bayac)

Rédaction : François Didierjean

Survol d’une probable voie antique en Dordogne (24)

Suite à la présentation par Christian Chevillot des indices convaincants d’une voie antique suivant la vallée du Vern entre Vergt et Neuvic, lors des Journées de Chancelade du 19 au 21 novembre 2022, il a été décidé d’effectuer un survol afin d’obtenir des vues du tracé fossile et de détecter éventuellement de nouveaux éléments probants. Le vol a été réalisé le 27 novembre par François Didierjean, assisté de Clément d’Esparbès, avec un Cessna 172 de l’aéroclub de Bordeaux Yvrac. Il a permis de visualiser certains tronçons de l’axe disparu, en particulier à La Valade (St-Mayme-de-Péreyrol). Reste à conjuguer ces observations avec celles effectuées au sol ou par télédétection.

la Valade (photo : François Didierjean)

Les résultats positifs d’une prospection pédestre en Lot-et-Garonne (47)

Le 2 novembre 2022, François Didierjean et Francis Tassaux, d’Aquitaviae, se sont joints aux chercheurs de l’Association des Archéologues du Lot-et-Garonne (AA-47) pour reconnaître une possible voie antique joignant Eysses (Excisum antique, près de Villeneuve-sur-Lot), à la Dordogne, en passant par les bastides postérieures de Monflanquin et Villeréal. Des indices probants de voie ancienne ont été relevés, en particulier au sud de Monflanquin (Lasserre, chaussée empierrée), et surtout au nord de cette ville, à la Carrère : une voie ancienne traverse la vallée de la Lède par une chaussée surélevée (photo ci-dessous).

la Carrère – chaussée traversant le lit de la Lède

Nous avons découvert dans son prolongement les vestiges d’un pont construit pour traverser le ruisseau de Favier (photo ci-dessous). La voie ancienne se prolonge par Villeréal jusqu’au village de Naussanes, au nord duquel plusieurs tracés sont possibles pour gagner la Dordogne. Les recherches sont à poursuivre pour éclaircir ce point et pour avancer sur la datation de cette voie ancienne.

la Carrère – pont arche

Appel à communication : Journées d’archéologie et d’histoire de Chancelade – 18, 19 et 20 novembre 2022

Le gué de La Veyssière à Neuvic-sur-l’Isle, au pied de l’oppidum de Puy-de-Pont (Cliché C. Chevillot)

Lieu : Centre culturel de Chancelade.

Rue des Libertés, 24650 Chancelade

Entre Lot et Sèvre : routes, voies fluviales et habitat  (IIe s av. J.-C. – XVIIIe s ap. J.-C.) 

L’espace correspondant aux actuels départements  de Charente, Charente-Maritime, Dordogne et Lot-et-Garonne est traversé d’est en ouest par cinq voies fluviales ; elles sont recoupées par une série de routes méridiennes de grand parcours. Le but de ces Journées de Chancelade est  d’envisager l’histoire de ces réseaux de communication et de la circulation des hommes et des marchandises, sur la longue durée, entre la Protohistoire et le XVIIIe s., en rapport avec l’habitat.

Pour la connaissance, la protection et la valorisation de ce patrimoine routier et fluvial,  il est fait appel aux  différents acteurs impliqués : associations d’archéologie et d’histoire, professionnels de l’archéologie préventive, du Service Rédional de l’Archéologie, chercheurs  de l’Université et du CNRS.

Les  interventions pourront se faire sous deux formes : soit des communications de  20 minutes, soit des posters. Le comité scientifique privilégiera les aspects novateurs.

Les propositions sont à envoyer avant le 24 août 2022 à  ces deux adresses :

Les actes seront publiés dans un supplément de l’ADRAHP.

La troisième Journée sera consacrée à des visites organisées par l’ADRAHP en partenariat avec la Municipalité de Chancelade, au choix :  

  • visite commentée de l’abbaye de Chancelade par M. Coudassot
  • découverte du site romain de Lespinasse et du réseau viaire vers Saintes et Bordeaux par C. Chevillot.

Les deux Journées d’étude ainsi que les visites dominicales sont ouvertes à tout public, sur inscription.

Programme Science Avec et Pour la Société – Université Bordeaux Montaigne

Un nouveau carnet sur le réseau routier antique

Ce carnet Hypothèses contient des billets de nature diverse : avancées sur les
connaissances acquises sur le réseau routier en Aquitaine romaine
(nouvelles voies et nouveaux sites liés au paysage routier), annonces de séminaires, colloques, journées d’étude, comptes-rendus de missions de terrain, cartes générales.
Il est destiné aux professionnels de l’archéologie (SRA, ministère de la Culture, équipes de recherche, acteurs de l’archéologie préventive) qui sont dotés des outils pour protéger le patrimoine routier grandement menacé, aux offices du tourisme, et à la société civile (associations, grand public) soucieuse de connaitre l’histoire de son territoire et qui participe également à la connaissance et à la valorisation des voies antiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search